« …la musique de ce trio prend les risques de freinages en pleine course parfaitement négociés, elle introduit suspens, silences et ressources (au sens de l’aviation) d’une façon qu’Ahmad Jamal ne renierait pas, elle sait encore passer d’une introduction pianistique à la Rachmaninov à l’énonce d’un thème qui fait aussi « populaire italien » que la musique de Nino Rota (Roberto est italien, né à Turin), elle amène subtilement des codas emballées, bref elle plaît tout en sachant se démarquer de toute identification unaire ou unique.(…) »


Philippe Méziat – JAZZ MAGAZINE